Galerie Route des ARTs

Adresse

76, rue Clyde, Lachute,
QC J8H 2K8

Heures

Mercredi au dimanche
de 11 h à 17 h

Partager

Exposition Route des ARTS Loco-Motion

10 septembre au
3 octobre 2021

Et Toi?

Un quidam déambulant dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve tombera inopinément sur l’avis de recherche de Sébastien-Métivier, disparu en 1984, que ses parents affichent toujours. C’est ce qui m’est arrivée.

Cet avis qui se sédimente sous les publicités m’émeut et me hante. Que lui est-il arrivé ?

En consultant les archives médiatiques, les dossiers d’Enfants-retour et de la GRC, on constate le nombre d’enfant pour lesquels nul trace ou indice ne subsistent. Ces dossiers de disparition sont bien minces : quelques photos anciennes, des bribes d’histoire et quelques détails insignifiants sont les seuls éléments dont on dispose pour reconstituer ces drames.

Sous le joug de quels prédateurs sont-ils tombés? Qui sont ces prédateurs?

Ces enfants manquaient-ils de méfiance ?

Ne leur avait-on pas raconté l’histoire du méchant loup ?

Le méchant loup et la proie innocente me revenant sans cesse, j’ai relu « La psychanalyse des contes de fées » de Bruno Bettelheim. La métaphore du conte est devenue un fil conducteur et le loup l’acteur principal du projet.

Le phénomène #metoo m’a surprise en plein travail et s’y est greffé. Les histoires se croisaient. Combien de ces dénonciations étaient des abus d’enfance! Ces dénonciations tardives, trop longtemps réprimées. Ce secret honteux refoulé.

Un autre symbole émergeait : le sac/masque représentant à la fois la honte et l’anonymat.

Certains éléments de mes recherches ont été intégrés aux tableaux notamment les textes et les photos des avis de disparition qui y apparaissent floutés, effacés, comme ces enfants de notre mémoire et les mots-clic du mouvement #MeToo à travers le monde.

entrée gratuite

en exposition

son oeuvre

L’exposition est donc une installation découpée en 4 grandes zones qui abordent différentes facettes du mouvement #MeToo.

L’ INTRODUCTION

avec le texte d’introduction 

LES ACTEURS :

composés d’une douzaine de tableaux, mesurant majoritairement 48×72 po. La perspective compressée rapproche le regardeur et l’invite à prendre part à la scène. Ces scènes évoquent les contes de fées où proies et prédateurs cohabitent.

LE SOULÈVEMENT :

composé d’une série de 100 sculptures évoquant le soulèvement pacifique des victimes se retrouvant étonnées d’être si nombreuses. Elles sont coiffées d’un sac-masque évoquant à la fois honte et anonymat. Au cou une étiquette #MeToo usée. Elles sont nues et ont des corps imparfaits, blessés, cicatrisés. Leur transparence évoque le secret de la souffrance ignorée et tue trop longtemps.

LA LIBÉRATION :

composée d’une série de 50 sacs de papier Kraft transformés en masque, à l’égal de ceux portés par les statuettes. Ils sont usés et flétris, ils ont trop servi. Suspendus au plafond, ils flottent, ils s’envolent enfin libérés.

Roselyn LeCours.

présenté par